Espace presse

CLESENCE - Prévention des risques domestiques : les locataires, acteurs de leur habitat

3 mai 2019 | HABITER +SUR

Les risques de la vie courante sont responsables de nombreux décès chaque année, bien plus que les accidents de la route. Bien que les enfants et les personnes âgées soient les plus exposés, toute la famille est concernée. Pour cela, CLESENCE, filiale d’Action Logement, a entamé depuis avril 2016 une démarche de recherche action sur la prévention des risques de la vie courante : Habiter+ Sûr. Pour sensibiliser les acteurs locaux, associations et les locataires à ces risques, CLESENCE installe son chapiteau prévention le 30 avril après-midi dans le quartier des Aviateurs à St Quentin pour une 1ère session de formation.

Une volonté affirmée d’accompagner la prévention des risques à domicile 4

Depuis 3 ans, CLESENCE a entrepris plusieurs démarches pour accompagner la prévention des risques du quotidien. Objectif : diminuer l’accidentologie dans les logements des locataires en construisant une chaîne de prévention efficace qui intègre tous les acteurs locaux.

« A travers Habiter+Sûr, nous voulons aider nos locataires à sécuriser plus encore leur logement, les accompagner pour anticiper les risques domestiques afin de réduire le nombre d’accidents et surtout leur faire adopter les bons réflexes » explique Romaric EGAIN, Responsable Politique de Ville de CLESENCE.

Accompagné des équipes de CALYXIS Pôle d’expertise du risque, du CeRCA (Centre de Relation sur la Cognition et l’Apprentissage) et des Centres Sociaux avec lesquels elle travaille au quotidien, CLESENCE a ainsi mené plusieurs actions ces dernières années.

Tout d’abord, des analyses statistiques ont été faites afin d’estimer le nombre potentiel d’accidents de la vie courante dans ses logements. Parallèlement, des enquêtes ont été menées sur 4 sites pilotes du territoire et sur différents thèmes (incendies, les nuisibles, les dégâts des eaux et les accidents domestiques). Finalement, 8 « groupes focus » ont été réalisés avec des locataires. Ensemble, ils ont échangé sur différents sujets visant à mieux identifier les risques d’accidents dans l’habitat et sur les façons de les prévenir.

« Notre volonté était d’œuvrer ensemble, bailleur et locataires, pour la réduction des accidents de la vie courante. Cela a permis de rappeler notre responsabilité réciproque, de sensibiliser les parties prenantes avec une logique participative et de renforcer nos partenariats avec les acteurs locaux et intervenants dans le projet » précise Romaric EGAIN.

Suite aux réflexions menées, des outils ont ainsi été mis en place. Premièrement, une banque photos mettant en scène les locataires dans des situations du quotidien ; puis, 3 tutoriels vidéo traitant de la prévention incendie, de la prévention défenestration et de la prévention dégât des eaux ; et finalement, la création d’un chapiteau prévention représentant les différentes pièces d’un logement.

Le chapiteau prévention : un outil itinérant spécifique

Le chapiteau « prévention » est un outil pédagogique, visuel et ludique. Il reconstitue les pièces d’un logement : cuisine, chambre, salle de bain, salon et environnements extérieurs : balcon, entrée d’immeuble etc.

« L’appartement » a pour objectif de faire découvrir de façon didactique les situations dangereuses et les attitudes préventives à adopter face aux risques d’accidents domestiques. Des parcours différenciés pour les enfants, adultes et les seniors ont été réalisés sur le thème des erreurs à ne pas commettre, le tout illustré par les familles FAIPASSA, ENPANIC, CELACATA et Mme LEXPAIR.

Des formations et animations sont prévues pour partager les bonnes pratiques à adopter. Elles seront assurées par un intervenant, collaborateur de CLESENCE ou animateur de structures extérieures du type Centres Sociaux. Les participants recevront un questionnaire à remplir au cours de la visite. « Le jeu se révèle être un excellent moyen pour attirer l’attention, impliquer et mémoriser les messages. L’idée est d’avoir une approche ludique et pédagogique, pas moralisatrice » souligne Romaric EGAIN

.

COMMUNIQUE DE PRESSE